Discours du 1er août 2019 dans le cadre de la FeVi par Etienne Rivier, Municipal

Monsieur le Président du Conseil communal, Madame la Syndique de Vevey, Madame et Messieurs les Syndics des communes avoisinantes, Messieurs les Municipaux de Vevey et des communes avoisinantes, Mesdames et Messieurs les Conseillers communaux de Vevey et des communes avoisinantes, Monsieur l’Abbé Président de la Fête des Vignerons, Mesdames et Messieurs les figurants dignes représentants de la  Fête des Vignerons, je veux parler tout particulièrement des Cents suisses avec les Fifres et Tambours de Bâle,  et des Porte-drapeaux,

Chers Confédérés, chers Hôtes de passage, cher(e)s Veveysannes et Veveysans,  

Permettez-moi de vous saluer au nom de la Municipalité de Vevey  en ce Premier Août d’exception alors que se déroule  la Fête des Vignerons 2019.

Ne trouvez-vous pas extraordinaire de nous retrouver ici sur l’Esplanade de St-Martin, en ce point d’intersection entre le ciel et la terre, chargé d’histoire ? Pour preuve vous pourrez découvrir tout à l’heure en visitant l’église les toutes premières tombes datant du premier millénaire, attestant de la présence des hommes en ce lieu dès cette époque.

Mais ce jour est dédié en priorité à ce pays incroyable qu’est la Confédération helvétique, à ses valeurs et donc au patriotisme, notion quelque peu  mise  à mal   à l’ère de la globalisation[1]. 

Je vous propose un tour d’horizon historique en trois étapes.

Première étape : 

Monsieur le Président du Conseil communal, tout fraichement élu, vous a lu le pacte de 1291[2]. 

Même si l’on a quelques doutes sur les origines exactes de ce pacte, ce que l’on ne souligne pas assez, c’est la présence autour  du Lac des Quatre Cantons, au pied du massif des Alpes, de communautés autonomes, appelées les Waldstätten[3],   c’est-à-dire les  habitants des pays forestiers, à savoir les communautés  d’Uri, Schwytz et Nidwald (vallée inférieure d’Unterwald). La  vie y  est rude, le sol ingrat, l’accès difficile, pour survivre l’entraide est nécessaire, ce qui contribue à un sentiment fort d’autonomie. 

... Pour lire la suite, utilisez le lien sur le document pdf ci-dessous, merci.

[1] Marco Polli Les incertitudes du patriotisme à l’ère de la globalisation Culture enjeu No 61 p16-17, mars 2019

[2] http://www.shcf.ch/cms/files/Pacte_de_1291.pdf