Communiqués de presse du PLR.Vevey

(27.05.2019) Manifestation pour demander la démission de la Municipalité élue

La gauche politique de Vevey appelle à la démission des Municipaux en place au motif qu’ils auraient envoyé un commandement de payer astronomique aux deux Municipaux Libre suspendus pour faute démocratique grave.

Pour le PLR, il n’y a ucune raison objective pour demander la démission de la Syndique Elina Leimgruber et du Municipal Etienne Rivier dans la mesure où tout ce qui est reproché aux derniers municipaux élus relève des strictes procédures judiciaires. Laissons la justice faire son travail dans le traitement de ces affaires. Le PLR reste serein, appelle au calme et au respect des institutions dès maintenant et ce, jusqu’après la Fête des vignerons afin que Vevey reste (encore) une ville d’images positives.

Pour toutes questions et complément d’information :

Philippe Herminjard, Président 079 390 66 11
Anna Iamartino-Sica, Vice-présidente 078 601 35 61

Pour info, lire aussi le communiqué de la Municipalité ...

Lire la suite

(10.05.2019) Nos trois partis sont très inquiets pour l’avenir des commerces de la vieille ville ainsi que celui du marché de Vevey. Si le parking ne se réalise pas, le commerce en vieille ville et le marché des mardis et samedis sur la Place du Marché sont largement compromis à terme.

Depuis plusieurs mois, les commerces veveysans souffrent du manque de clientèle alors que le marché de Vevey a émigré à La Tour-de-Peilz et les marchands ambulants du marché ne s’en plaignent pas, ils font de meilleures affaires qu’à Vevey. 

En vielle ville, les commerces ont beaucoup de peine depuis la suppression du parking sur la Place du marché en janvier dernier. Cette situation ne durera pas et le parking devrait rouvrir en automne prochain. Seulement voilà, si le parking souterrain ne se réalise pas, nous avons des raisons de penser que le marché ne revienne pas à Vevey et reste à La Tour-de-Peilz après la Fête des vignerons. 

Le projet de la Municipalité avec 200 places de parking sur la place du marché ne suffira pas à sauver le commerce à Vevey. Sans facilité d’accès pour les transports individuels en complément aux transports publics en développement au cœur de la ville, les commerces de la vieille ville – sans la présence du marché les mardis et samedis - sont appelés à fermer boutique … 

Vevey, ville d’images se muera en musée à ciel ouvert. Son économie n’y survivra pas, l’emploi sera mis à mal et Vevey la jolie perdra ses atouts.

NOUS APPELONS LA POPULATION VEVEYSANNE A VOTER LE 19 MAI 2019 !!! 

CITOYENS, VOTRE VOTE EST UTILEPOUR L’AVENIR DE VEVEY, SA QUALITÉ DE VIE, SON ÉCONOMIE ET SA CULTURE NOTAMMENT.

MOBILISONS-NOUS,VOTONS !!!

Pour toutes questions et complément d’information :

Danielle Rusterholz, parti Vert-libéral Vevey, 079 792 51 04
Vladimir D’Angelo, président du parti PDC Vevey, 079 465 33 21
Philippe Herminjard, président du parti PLR Vevey, 079 390 66 11

RESULTATS: Le parking est refusé! Lire le communiqué de la Municipalité ...

Lire la suite

(24.12.2018) Le PLR écarte toute ambiguïté au sujet de la pétition1d’un citoyen pour soutenir les deux Municipaux de Vevey Libre, Messieurs Jérôme Christen et Michel Agnant ainsi que le président de la Commission de Gestion, Gilles Perfetta (Alternative et Décroissance). Notre parti ne soutient pas cette pétition !

Pour être cohérent, on ne peut demander la suspension des deux Municipaux en séance du Conseil communal et obtenir la majorité pour que cela soit transmis à la Municipalité puis se récuser en lançant une pétition pour sauver les deux magistrats au-devant de la Conseillère d’État, Madame Béatrice Metraux chargée du dossier.

Vevey Libre via les réseaux sociaux notamment précise que la pétition provient d’un membre du PLR laissant croire ainsi que notre parti soutient cette pétition. Alors certes, il s’agit bien d’un membre qui adhéré récemment au PLR qui l’a lancée mais ce dernier admet et comprend qu’elle ne peut être soutenue. Il a demandé par ailleurs ce jour à Vevey Libre de publier un démenti avec le texte suivant : « il s’agit d’une pétition lancée à titre strictement personnel ne reflétant pas la position officielle du PLR qui ne la soutient pas ».

On comprend Vevey Libre qui cherche des alliances dans leur combat mais ne nous y trompons pas, le Conseil d’État prend ses responsabilités et le PLR.Vevey adhère pleinement à sa position. Pour le reste, nous restons dans l’attente des conclusions de l’enquête pénale pour juger définitivement les deux Municipaux sur les actes qu’ils leur sont reprochés.

L’occasion nous est donnée par le présent communiqué de confirmer notre soutien à notre Municipal Etienne Rivier et à sa collègue Syndique, Elina Leimgruber, car leurs tâches ne sont désormais pas faciles. Tous nos encouragements également durant cette période chahutée vont à tous les collaborateurs de la commune qui subissent ce chaos politique. On leur souhaite une années 2019 sereine !

Pour toutes questions et complément d’information :

Philippe Herminjard, Président 079 390 66 11
Anna Iammartino-Sica, Vice-présidente 078 601 35 61


Pétition en soutien aux municipaux suspendus de Vevey, disons NON aux plaintes pénales abusives!

 

Lire la suite

Votre mission : Sous la supervision du Comité d’association et du président, vous assurez 
les tâches administratives (sans gestion des comptes) liées à l’organisation d’activités associatives telles que l’établissement des ordres du jour, les procès-verbaux de séance du comité et de l’Assemblée générale. Vous tenez à jour la liste des membres de l’association et organisez les envois postaux et électroniques à nos membres.

Votre profil : Votre âge n’a aucune importance et vous n’avez besoin d’aucun certificat ou diplôme. Vous maîtrisez les logiciels de bureautique habituels (tableur et traitement de texte) pour rédiger une lettre ou un procès-verbal - avec l’aide du président - et surtout, vous avez envie de participer activement à la vie d’une association politique. 

Le poste n’est pas rémunéré mais apporte une expérience riche en connaissance de la vie citoyenne et en relations humaines. Les séances de travail ont toutes lieu à Vevey en fin de journée ou le soir.

Pour plus d’informations, envoyez un courriel à info@plr-vevey.ch.

Les personnes intéressées par cet engagement associatif sont priées de déposer leurs candidatures à l’adresse : PLR.Vevey, case postale 852, 1800 Vevey ou info@plr-vevey.ch. Votre dossier sera traité en toute confidentialité.

Lire la suite

Discours du 1eraoût 2018 prononcé à Vevey par Etienne Rivier, Municipal

Monsieur le Président du Conseil communal, Madame la Syndique, Monsieur le Syndic de Corseaux,

Mesdames et Messieurs les Conseillers Municipaux, Mesdames et Messieurs les Conseillers communaux, Mesdames et Messieurs en vos titres et fonctions, Chers Confédérés qui nous font l’amitié d’être présents, Chers Amis étrangers, Chers Veveysanes et Veveysannes, Mesdames et Messieurs,

Au nom de la Municipalité de Vevey, j’ai le plaisir  de vous saluer  en me réjouissant  de célébrer avec vous ce 1eraoût 2018 sous la Grenette face au lac.

Je vous propose de partager avec vous quelques réflexions historiques puis une brève analyse de la situation de la Suisse aujourd’hui, surtout d’un point de vue international.

Monsieur Rizzello vient de relire le pacte de 1291 : il est considéré comme le plus ancien accord écrit entre cantons qui ait été conservé. Toutefois les historiens  pensent que la véritable identité confédérale  se situe plus tard  au XVème siècle  avec l’alliance  des villes de Berne, Lucerne et Zurich qui furent  les premières à s’affranchir  des prétentions territoriales  de la noblesse  et des Habsbourg d’Autriche. La Confédération de 1513, se composant   de 13 cantons s’affirme comme petit Etat européen[1]. Elle a des vues sur le Tessin, surtout pour s’assurer la maitrise des grands axes alpins. 

Après de multiples alliances sans véritable succès, la Suisse entre  en conflit avec François 1eret finalement  perd  la bataille de Marignan en 1515 au sud de Milan. Elle signe une « paix perpétuelle » avec la France. C’est la fin de la puissance militaire suisse et un premier pas vers la neutralité. La confédération n’interviendra plus hors de ses frontières[2]. Sautons trois cent ans  pour vous rappeler la défaite de Napoléon 1er à Waterloo, et le Congrès de Vienne de 1815 : les vainqueurs de la France veulent s’en protéger  en l’entourant d’états tampons, dont la Suisse. Le Traité de Paris est signé en 1815, les alliés y consacrent l’inviolabilité de la Suisse et sa neutralité perpétuelle. La Suisse est passée de treize à vingt-deux cantons[3].

Dans un même élan pourrait-on dire, la Constitution fédérale de 1848 transforme la Suisse en un Etat fédéral centralisé, avec suppression des barrières douanière entre cantons, reprise centralisée de la poste, organisation de l’armée suisse, création d’une monnaie unique, à savoir le franc suisse et unification de poids et mesures[4]. Et vous l’avez noté, cette année nous fêtons les 170 ans de cette constitution quasi révolutionnaire à l’origine de la Suisse moderne, avec un marché intérieur unique, qui amènera la prospérité, et dès 1870 un véritable boom économique jusqu’à la veille de la première guerre mondiale[5], ceci en grande partie grâce à ses exportations. Et aujourd’hui ? 

Aujourd’hui, pour maintenir sa présence sur le plan international et sa compétitivité, et indépendamment des grandes institutions internationales, la Suisse doit relever un défi majeur : ses rapports avec l’Union européenne (UE) : 

Rappelons que le 6 décembre 1992, le peuple suisse rejetait par 50,3% des suffrages, une claire majorité des cantons de 16 contre 7 et un taux de participation exceptionnellement élevé de 78.7% l’adhésion de la Suisse à l’Espace économique européen, l’EEE[6]. La Suisse décide de négocier domaine après domaine et en 1999 une série de sept Accords bilatéraux Isont signés, dont le premier sur la libre circulation des personnes, Ces accords sont liés par la clause guillotine, la dénonciation de l’un entrainant la dénonciation de tous les autres dont en particulier les transports aériens. Ces accords ont permis l’accès au marché unique européen et favorisa  l’économie suisse fortement tournée vers l’exportation.

Neufs autres dossiers furent négociés par la suite soit les Accord bilatéraux IIsans clause guillotine, dont les plus connus sont Schengen (facilitation des voyages), Dublin (coordination en matière d’asile), Fiscalité de l’Epargne (lutte contre l’évasion  fiscale  puis l’accord sur l’échange automatique de renseignements)[7].

Mais : le  9 février 2014, soit 22 ans après le rejet de l’EEE, en acceptant l’initiative « Contre l’immigration de masse », le peuple et les cantons se prononcent  en faveur d’une meilleure gestion et limitation de l’immigration tenant compte des intérêts économiques globaux de la Suisse[8].

Cette décision marque le début d’une période d’incertitude en remettant en cause la politique migratoire en place ainsi que les relations entre la Suisse et l’UE. En effet, la gestion de l’immigration fondée sur des plafonds et des contingents annuels telle que voulue par l’initiative n’est pas compatible avec les clauses de l’Accord sur la libre circulation des personnes (ALCP) conclu entre la Suisse et l’UE en 1999. En parallèle, la Suisse souhaite renforcer et développer la voie bilatérale. Relevons que ce n’est pas moins de 120 accords institutionnels qui lient la Suisse et l’UE. L’imbrication de la Suisse et l’UE est donc unique et d’une rare complexité, au point que l’UE veut que soit conclu avec la Suisse un accord- cadre institutionnel Le 23 novembre 2017 à Berne, Mme Doris Leuthard, alors présidente de la Confédération reçoit Monsieur Jean-Claude Junker président de la Commission européenne. Ce dernier dit clairement que l’UE attend depuis 2014 la signature d’un accord-cadre institutionnelle, or  rien de concret n’est proposé, rien  n’est conclu, si ce n’est la promesse d’un milliard de francs suisses dit de cohésion. Pire, le 15 décembre l’UE décide qu’elle n’accorde la reconnaissance boursière à la Suisse que de façon limitée soit pour une année alors qu’elle accorde cette reconnaissance de façon illimitée pour les autres places boursières. Nous sommes donc très loin d’un accord institutionnel entre la Suisse et l’UE et les menaces de l’UE de se couper de la Suisse sont devenues très précises.  Je vous recommande à ce propos de vous intéresser au Livre blanc Suisse – Six esquisses d’avenir publié en mai 2018.Certes la Suisse entretient des relations commerciales de libre–échange avec nombreux autres pays hors de la zone européenne, mais le commerce extérieur (CE) suisse vers l’UE représente 62% de son commerce extérieur et 38% vers le reste du monde. A l’inverse le commerce extérieur de l’UE vers la Suisse   ne représente que 8% du CE contre 92% vers le reste   du monde[9].    

Monsieur Johann Schneider –Amman revient d’Asie[10], ses objectifs sont d’augmenter le plus possible les accords de libre-échange entre la Suisse et le reste du monde, il cite la Chine, l’Indonésie, peut-être le Vietnam, la Malaise ou le Canada pour 2019. Il s’est donné aussi pour objectif avant son départ pour la Chine en septembre de consulter de façon urgente les cantons et tous les milieux économiques, politiques et syndicaux car la signature d’un accord est attendue par l’UE d’ici la fin de l’année. Aujourd’hui dans le cadre de notre démocratie directe, il est essentiel que chaque Suisse  se préoccupe de cette problématique, plusieurs études relevant notre tendance à préférer le statu quo ambiant, notre auto complaisance[11]et à l’immobilisme, nous devons apprendre à sortir de notre zone de confort !

D’ailleurs Monsieur Pascal Couchepin aurait dit récemment dans une interview au « SonntagsBlick » à propos de la règle dite des 8 jours : « les dogmes ça ne fonctionne pas en politique ! »[12]

Permettez-moi cette conclusion : Dans un peu moins d’une année nous célébrerons la Fête des Vignerons, centrée sur le travail du Vignerons tâcheron mais à mes yeux cette fête sera, je l’espère, cette occasion unique nous permettant d’élargir notre horizon, et à ce propos je vous rappelle la devise de la Confrérie des Vignerons que nous pouvons sans risque faire nôtre en tant que Suisse : ora et labora.  Ora, prie, dans notre interprétation moderne cela signifie ouvre-toi, élargis ton univers, mets-toi à l’écoute le monde   et labora : implique-toi, prends ta part du travail ! Prends un risque ! 

Je vous remercie de votre attention. 

Discours prononcé par Etienne Rivier, Municipal à Vevey, le 1.8.2018.


[1] Livre blanc Suisse – Six esquisses d’avenir © Mai 2018 Avenir Suisse, Zurich, p 18
[2] Grégoire Nappey, Mix et Remix. Histoire suisse  © LEP Editions loisirs et pédagogie SA 2017, p 27
[3] Ibidem p 46-48
[4] Ibidem p 54
[5] Livre blanc Suisse – Six esquisses d’avenir © Mai 2018 Avenir Suisse, Zurich, p 25
[6] Ibidem p 36
[7] Ibidem p 42 - 45
[8] Ibidem p 44
[9 ]Livre blanc Suisse – Six esquisses d’avenir © Mai 2018 Avenir Suisse, Zurich, p 49
[10] Le Temps, mercredi 18 juillet 2018 -  B.Wuthrich et coll : « La route de la soie n’est pas une utopie »
[11] Livre blanc Suisse – Six esquisses d’avenir © Mai 2018 Avenir Suisse, Zurich, p 53
[12] 24heures- lundi 30 juillet 2018 : F.QZ : « Couchepin s’immisce dans la question européenne « 

Lire la suite

Recherche

Newsletter

Se désabonner